critiquefilmv13chap9aff

Encore un… Mais c’est le dernier ! Et ça semble bien parti en plus ! Alors que le film s’ouvre sur la course effrénée d’une pauvre fille talonnée de près par Jason, le spectateur découvre que celle-ci est en réalité un agent du FBI servant d’appât. C’est après l’avoir entraîné au beau milieu d’un bois qu’elle s’arrête pour laisser les forces de police, nombreuses pour l’occasion, faire leur boulot. C’est avec les gros moyens que le tueur increvable est finalement tué. Enfin, ça, c’est ce que l’on croit.

Car oui, surprise, Jason n’est pas mort et fait son 3598646ème come-back. Enfin, huitième pour être plus précis. Et on nous assure du changement, enfin ! Pour le dernier épisode de la série, c’est pas un peu tard ?  Mais comme dit l’adage mieux vaut tard que jamais et l’offre est alléchante : on nous promet un lot de révélations sur le célèbre tueur au masque de hockey. Avec en prime une pointe d’autocritique (y compris des volets précédents) tout à fait appréciable.

critiquefilmv13chap9cha

Stop. Je vous arrête. Inutile de s’emballer, les promesses resteront malheureusement des promesses et les défauts du 8 s’accroitront encore. Il n’y a dans cet opus pour ainsi plus d’ambiance Crystal Lake, hormis un petit passage faisant figure d’exception qui confirme la règle. Tout se passe en dehors du mythique camp et, si cela avait déjà été réalisé avec succès auparavant, c’est là un échec total; on en vient à regretter les maladresses du tout premier épisode. En plus de s’éloigner totalement de l’esprit d’origine, ce neuvième chapitre est composé d’une intrigue tirée par les cheveux incohérente et surtout incompréhensible.

critiquefilmv13chap9eux

Très plat, le film souffre de surcroit d’une lenteur insupportable : le long-métrage dure moins d’une heure et demie mais, croyez-moi,  on la sent passer. Ajoutez les nombreuses scènes inutiles ainsi que les éclairages très maladroits et vous obtiendrez un véritable cauchemar cinématographique. Heureusement, la musique reste assez bonne car fidèle à la série. Stressante et angoissante, elle est assez bien réalisée; mieux en tout cas que les doublages toujours aussi mauvais. Au niveau meurtres, c’est moyen : on ne voit pas tout mais on a droit à du glauque qui vient presque remplacer le gore, de façon plus ou moins réussie.

critiquefilmv13chap9jas

Encore plus mauvais que le précèdent, ce dernier Vendredi 13 passe complètement à côté de ses ambitions pourtant prometteuses. Mal maîtrisé, parfois ridicule, bâclé peut-être; c’est en tout cas le sentiment qui réside au terme de ces 89 minutes. Cet ultime épisode laisse un goût très amer dans le cœur des fans et termine en catastrophe un saga pourtant culte. Un seul mot : décevant.