Test XBox

Red Dead Revolver

https://i1.wp.com/img831.imageshack.us/img831/8269/testecritlogoreddeadrev.png

Je n’ai pu m’empêcher de remarquer la popularité de Red Dead Remdemption, c’est pour cela que j’ai décidé de remonter aux sources en faisant un test du premier opus de cette licence Rockstar : Red Dead Revolver.

Pour faire court avec le scénario : on commence avec Red, le personnage principal, dans son jeune âge avec le retour de son père dans l’habitat familial. Un didacticiel s’installe par la même occasion. Une fois celui-ci terminé, le jeu fait place à l’élément perturbateur : la maison se fait attaquer par des bandits. On découvre ainsi la première séance de gunfight du jeu et donc une partie du gameplay dont je vais parler un peu plus bas. Les parents de Red se font par la suite tuer dans la fusillade et c’est ainsi qu’on retrouve dans le passage suivant, Red quelques années plus tard, devenu chasseur de primes, à la recherche des responsables de la mort de ses parents.
En plus du scénario principal (avec Red), on contrôle à plusieurs moments d’autres personnages qui ont leur propre histoire. Des personnages d’ailleurs très charismatiques, les « méchants » comme les « gentils » et des dialogues très kitsch qui participent à l’ambiance western-spaghetti que l’on retrouve tout au long du jeu.

https://i2.wp.com/img813.imageshack.us/img813/6257/testecrit1red.jpg

Afin de transiter du coté du gameplay, une petite anecdote : sachant que le jeu a d’abord été développé par Capcom, on remarque le début d’une installation d’un aspect RPG (comme chez son successeur Red Dead Redemption, où ce dernier est plus poussé). Cependant, ici l’univers est loin d’être ouvert; on a juste droit à une toute petite ville entre les missions.
On a néanmoins droit à un gameplay très convenable et varié qui nous fera passer d’une phase d’action normale à une phase de rail shoot. Une variété s’expliquant aussi par le fait qu’on vous fasse changer plusieurs fois de personnage au cours de l’aventure. On note que la caméra devient un peu folle au corps à corps, que la bonne maniabilité permet de tirer des balles de manière précise et aussi que les duels (étant un élément indispensable pour l’immersion dans l’univers western) sont vraiment réussis. Mais le gameplay reste assez banal et devient à la longue répétitif.

Les duels

Le Dead Eye

 

L’I.A n’est pas vraiment exceptionnelle parfois même buguée mais le bestiaire est bien varié (clowns, soldats de la guerre de Sécession, mexicains…).
Sans oublier au passage un multi (uniquement réservé aux parties avec des amis devant la même lucarne) très plaisant et proposant différents modes de jeu (match à mort avec limite de temps, match à mort avec limite de score et duels). Un muti d’assez bonne qualité pour prolonger la durée de vie.

https://i0.wp.com/img703.imageshack.us/img703/5838/testecrit4plusieurs.jpg

Si la durée de vie est assez bonne et comme dit ci-dessus, elle est en partie prolongée par le mode multi proposant de débloquer une pelletée de personnages en achetant par exemple des items dans le mode solo et en remplissant quelques conditions en mission afin d’obtenir la mention « Excellent » à la fin de cette dernière. Vous avez 5 niveaux de difficulté : normal, difficile, très difficile et Red Wood Revolver qui vous permet d’incarner un pantin de bois à la place de Red (non ce n’est pas une blague). On note aussi le mode Chasseur de prime qui vous propose des défis supplémentaires à chaque missions.

   

Abordons maintenant un point faible du jeu : les graphismes. Comparé à des jeux de la même année tels que Far Cry ou Fable pour n’en citer que deux, les graphismes sont à la ramasse. Ils pêchent surtout du côté de la modélisation des personnages et on note l’apparition fréquente d’aliasing. On a néanmoins des animations un peu plus convaincantes, particulièrement au niveau de la réaction des personnages à l’impact des balles. Mais là où le jeu se rattrape beaucoup, c’est du côté du level-design.

En effet, on remarque que l’environnement et plutôt bien réalisé et de ce fait, participe beaucoup à l’ambiance.

Au final, on a un jeu qui arrive à voiler ses défauts grâce à une ambiance unique digne d’un Sergio Leone autant du côté scénaristique que du côté des graphismes, et des personnages d’un grand charisme.

14/20

Test par RnRolla..

Un Playin’ Tube sur le jeu a été réalisé et peut être visionné ici.