Test Nintendo 64

Mario Kart 64

  http://img521.imageshack.us/img521/1562/testmk64boite.jpg

En 1997 sortait sur Nintendo 64 un jeu attendu au tournant : Mario Kart 64. Présenté l’année précédente à l’E3, le jeu subit maintes modifications dans le but de le perfectionner. Alors après un premier opus sur Super Nintendo vendu à plus de 8 millions d’exemplaires, sa suite se devait de l’égaler, voire de le surpasser tant les possibilités offertes par la console étaient énormes. Mais qu’en est-il vraiment ?

https://i2.wp.com/img811.imageshack.us/img811/2606/testmk64ecrantitre.jpg

Tout d’abord, rappelons le principe de Mario Kart pour les deux du fond : des personnages issus de l’univers du plombier participent à des courses déjantées où tout peut arriver, rien que ça. En l’occurrence, il s’agit des classiques Mario, Luigi, Peach, Yoshi, Toad, Bowser, Donkey Kong et Wario, qui remplace donc Koopa, n’en déplaise aux fans. Tout ce beau monde roule sur des circuits assez variés : plage, désert, stade, banquise, autoroute bondée (si si !), etc… Les circuits sont dans l’ensemble bien fichus, agréables à l’œil, chacun présentant ses particularités qu’il faudra apprendre à maîtriser, et certains sont assez vicieux.

https://i2.wp.com/img687.imageshack.us/img687/7127/testmk64circuits.gif

Munis bien sûr de karts, ils disposent également d’objets en tout genre issus eux aussi de l’univers Mario : carapace verte (en simple voire en triple !) à lancer sur les concurrents, carapace rouge (ici encore en simple ou en triple) à tête chercheuse, banane (simple ou triple) à déposer, divers champignons pour booster la vitesse de son personnage (durant l’espace de quelques secondes), éclair, étoile rendant invincible, fausse boîte à objets (une nouveauté) et le plus dévastateur, carapace bleue à épines, qui ira directement toucher le premier de la course (une autre nouveauté). J’en passe et des meilleures.

https://i1.wp.com/img844.imageshack.us/img844/1270/testmk64objets.png

Voilà donc pour la présentation générale du jeu. Passons à présent au premier et plus important des modes de jeu disponibles : le mode Grand Prix, que vous pouvez essayer en mode 50, 100, ou 150 cc, ce qui a pour but de modifier la vitesse et l’intelligence artificielle. Quatre séries de quatre courses portent le nombre de tracés à seize au total, chaque série étant légèrement plus difficile que la précédente. Vous pouvez y jouer seul ou à deux, contre respectivement sept ou six concurrents. L’intelligence artificielle assez peu élevée en 50cc l’est à peine plus en 150cc, ce qui pénalise la durée de vie du jeu. Plus de challenge aurait été appréciable, d’autant plus qu’il n’y a pratiquement rien à débloquer.

https://i0.wp.com/img42.imageshack.us/img42/9700/testmk64gps.jpg

Quant aux autres modes de jeu, ils ne sont guère nombreux : le mode Time Trials est comme son nom l’indique un mode contre-la-montre. Les records sont sauvegardés sur la cartouche mais les « fantômes » ne sont que sauvegardables sur carte mémoire, ce qui présente pas mal d’inconvénients mais néanmoins un avantage : il est possible d’échanger avec d’autres possesseurs du jeu (et de carte mémoire) ses fantômes. Ce mode tiré de la version SNES rallonge cependant peu la durée de vie. Heureusement, le dernier et non moins excellent mode Battle rallonge lui considérablement cette dernière. Fun à souhait, il permet à deux, trois, ou quatre amis de s’affronter dans quatre arènes. Chacun ayant trois ballons, le but est d’utiliser les objets contre les autres ; le survivant est désigné vainqueur. Seul regret : il n’est pas possible d’affronter l’ordi en Battle.

https://i1.wp.com/img19.imageshack.us/img19/5814/testmk64battle.gif

Mais que serait un jeu de course sans une maniabilité au top ? Heureusement pour nous, ce Mario Kart est calibré au poil : le bouton R sert à sauter et à déraper afin d’obtenir des minis-turbos, Z sert à envoyer des objets, ce qui est un choix très judicieux, C à divers réglages (caméra…), A à accélérer, B à freiner et bien sûr le stick analogique à diriger. Les adeptes de la version Super Nintendo seront un peu déstabilisés au départ, mais l’adaptation est rapide et la prise en main facile, ce qui rend le jeu très accessible. Les graphismes, de leur côté, sont bons, sans plus, Nintendo ayant prouvé qu’il pouvait faire mieux avec Super Mario 64 même si les circuits ont le mérite d’être jolis. Les bruitages sont relativement bien réalisés, de même pour les musiques et les (rares) voix (notez cependant que les moteurs ressemblent plus à des tondeuses à gazon qu’à des karts).

https://i2.wp.com/img185.imageshack.us/img185/8723/testmk64generals.jpg

Si je n’ai pas trop évoque de point négatifs pour le moment, ne vous inquiétez pas, ils sont bels et bien là. À commencer par la disparition des pièces, détail qui peut avoir son importance pour les habitués. Autre défaut : le manque de secrets, de modes de jeu à débloquer. Et ceci agit directement sur la durée de vie : si vous êtes seul, vous pouvez déjà investir dans un autre jeu, heureusement si vous avez des amis, pas de soucis, la durée de vie du jeu s’en voyant décuplée. Cependant, ces détails ne gâchent pas le plaisir de jeu : les habitués seront quelque peu déçus, les novices immédiatement conquis.

https://i0.wp.com/img534.imageshack.us/img534/2271/testmk64ending.jpg

Avec Mario Kart 64, Nintendo donne malgré quelques petits écueils une très bonne suite à sa licence à succès, qui se résume en deux mots : fun et simplicité.

Les +

Fun, fun et fun !

L’univers, l’ambiance

Excellent en multi…

Les –

…surtout en multi

Faible durée de vie en solo

Presque rien à débloquer

Graphismes : 3/5

Bande-son : 3/5

Maniabilité : 4/5

Durée de vie : 3/5

Note générale* : 16,5/20

* La note générale n’est pas une moyenne mathématique des 4 critères d’évaluation (graphismes, bande-son, maniabilité, durée de vie).
Le test est téléchargeable en fichier PDF (lisible avec Adobe Reader) à ce lien.